Documents historiques

Appel à la grève générale

Le printemps berbère par les documents

L’appel à la grève générale du 16 avril 1980 est notre quatrième document.

C’est le moment décisif du mouvement. Le risque était gros. En cas d’échec, la preuve serait faite que cette contestation était sans ancrage dans la population. Exactement ce que voulait faire accroire le Pouvoir qui ne rendait compte de nos activités qu’avec des mots soigneusement contrôlés : à l’en croire, il n’y a jamais eu de manifestations, mais seulement des « tentatives de manifestations » par des « groupuscules d’étudiants », des « manipulations de la réaction », etc. L’échec aurait été d’autant plus cinglant pour nous que, dans notre tract, nous en appelions au Peuple algérien. Étant un des rédacteurs de ce tract, je me souviens de cet « appel solennel » au Peuple algérien. Il m’avait fait sursauter lorsqu’il fut proposé comme titre du tract par l’initiateur de la grève : « C’est quoi ça ? C’est 54 qui revient ? » Le texte qui plaçait au cœur de l’appel la revendication culturelle dénonçait aussi la « corruption organisée, le trafic des élections, l’allégeance des valets du pouvoir, … ». On était très loin des textes produits jusque-là. Résultats de laborieux compromis entre différentes tendances et souvent adoptés en assemblée générale, les écrits émanant de la mouvance qui gravitait autour du CUTO, évitaient en conséquence l’opposition politique frontale. Il peut, par exemple, sembler aujourd’hui impensable d’apprendre que la revendication de la « liberté d’expression » n’a jamais pu passer le filtre des assemblées générales tenues à l’université. Elle a toujours été rejetée car considérée comme une revendication bourgeoise par la tendance communisante.

C’est le caractère politique d’opposition frontale de l’appel qui a affolé le pouvoir, d’autant plus que l’origine du tract n’était pas identifiée. Toutes les réactions du pouvoir qui multipliera les initiatives se focaliseront sur l’appel à la grève. Le succès de la grève fut total. Le correspondant du journal Le Monde qui n’en croyait pas ses yeux en constatant que tous les rideaux étaient baissés depuis Bordj Ménaïl alla vérifier jusque que dans les bourgs de l’intérieur (Larbaa Nath Iraten, Michelet, Azazga, …) le succès de la grève générale. Avec cette nouvelle étape, les événements prennent de l’ampleur, mais surtout une autre dimension. Le mouvement cesse d’être une « agitation » estudiantine.

Hend Sadi

P.S. Article précédemment mis en ligne le 20 avril 2009

Voici donc le tract de l’appel à la grève du 16 avril 1980

APPEL A LA GREVE LE 16 AVRIL 1980

Peuple Algérien,

La répression culturelle maintenue sur notre Peuple malgré 18 années d’Indépendance vient d’être spontanément dénoncée par notre Jeunesse.

Le mouvement de contestation s’étend comme une traînée de poudre et gagne l’adhésion de l’ensemble des citoyens que le Pouvoir ne peut plus désormais diviser.

En effet, la nouveauté des derniers évènements est que arabophones et berbérophones s’associent pour imposer une Société ou les deux langues de notre Peuple : le Berbère et l’Arabe Populaire accèderaient côte à côte au rang de langues nationales.

L’usage de ces deux langues à tous les niveaux permettra la participation des masses populaires à la gestion de leurs affaires. La mobili­sation sera ainsi possible pour l’amélioration de leur condition sociale misérable qui résulte de 18 années d’un exercice politique arbitraire qui a écarté le Peuple.

Le lot quotidien de l’Algérien est réduit à un problème de survie, l’affrontant ainsi :

aux pénuries de produits de première nécessité ;

  • à une crise de logement sans pareil ;
  • à une corruption organisée ;
  • au mensonge journalier de la presse ;
  • au trafic des élections ;
  • à l’allégeance des valets du Pouvoir.

Tout cela ne suffit pas à la voracité du régime qui fait appel à la répression, à l’emprisonnement, reconduisent ainsi une époque que nous pensions à jamais bannie par le sang d’un million et demi de martyrs.

Peuple Algérien,

Pour répondre au mensonge quotidien et aux campagnes de dénigrement orchestrées par le Pouvoir contre les manifestations de mécontentement, un appel solennel t’est adressé afin de t’associer au Mouvement de Libération Populaire.

  • en faisant grève à l’usine, à l’école, au lycée et à l’université ;
  • en arrêtant le travail dans les administrations ;
  • en fermant ton magasin.

Tu exprimeras ta volonté politique,

Tu te démarqueras d’un Régime anti-démocratique et anti-populaire,

Tu apporteras ton soutien au Peuple en lutte.

TOUS EN GREVE LE 16 AVRIL 1980

Le Comité de Soutien aux Etudiants et Travailleurs en grève.

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *