Communiqué

Aux origines de la crise au sein du MAK

La mise sur pied de l’Anavad en 2010, par souci de non-cumul des responsabilités, m’avait poussé à libérer le poste de président du MAK que j’occupais depuis le congrès constitutif (14/08/2007). Il fut accaparé par l’ex président du Conseil National. Les alliances qu’il contracta avec des éléments externes au MAK et dont certains faisaient partie More..

Actualités

l’esclavage en Mauritanie sévit toujours malgré les lois abolitionnistes

Ils sont 13 à comparaître devant la cour d’appel lundi 14 novembre. Des militants anti-esclavagistes condamnés par la cour criminelle de Nouakchott à des peines allant jusque à 15 ans de prison pour rébellion. Un procès qualifié de mascarade par le chef du mouvement abolitionniste mauritanien. Biram Dah Abeid s’est confié à Géopolis. Il dénonce More..

Livres

Esclavage, terrorisme et islam

MODUS OPERANDI L’islam n’est pas une religion, ni un culte. Dans sa forme, c’est un mode de vie complet. L’islam a des composantes religieuses, légales, politiques, économiques, sociales et militaires. La composante religieuse sert à masquer toutes les autres. L’islamisation d’un pays débute lorsqu’il y a suffisamment de musulmans à l’intérieur du pays, pour commencer More..

Chronique

La calomnie spécialité des sycophantes

On respirait. Peut-être est-il exagéré d’écrire que tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes. Il y avait encore au ciel quelques-unes de ces pesantes nuées qui depuis plusieurs saisons, assombrissent nos jours ; le vent qui vient à travers les montagnes faisait toujours grincer nos girouettes. Mais enfin la Kabylie, reprenant souffle, tenait More..

Politique

Soutenons Djafar Khenane et Achour nat Issad, militants indépendantistes

Djafar Khenane  et Achour nat Issad, militants du MAK, sont convoqués par le chef de la sûreté de la police coloniale algérienne pour être présenté devant la brigade criminelle et risquent d’être incarcérés. Une forte mobilisation des militants pour les accompagner au commissariat centrale empêchera le pouvoir algérien d’aller au bout de sa répression. “L’oppression More..

Chronique

Témoignage d’un militant indépendantiste qui a été arrêté

Suite aux arrestations d’hier, jeudi 7 juillet, nous vous soumettons le témoignage d’un militant réellement arrêté par les forces de police algérienne. Il est convoqué pour dimanche 10 juillet au commissariat central. Soyez nombreux à le soutenir et à l’accompagner dimanche. Un mouvement ne peut exister que grâce à ses militants. Avant tout, je tiens More..

Chronique

Des arrestations qui nous interpellent

Arrestations choisies Nous remarquons une recrudescence des arrestations en Kabylie en ce moment. Des militants du MAK sont systématiquement arrêtés, questionnés  lors des marches et des meetings et harcelés dans le privé. La police les arrête, des appels sont lancés sur les réseaux sociaux. D’autres militants se mobilisent et se rassemblent devant les commissariats afin More..

Chronique

Djafar Khenane traqué par la police algérienne

Le militant du MAK, Djafar Khenane, est en ce moment traqué par les services de l’insécurité algérienne dans les rues de Tizi Ouzou ! Cet après-midi, aux alentours du stade du 1er Novembre à Tizi Ouzou, Djafar Khenane et deux autres militants du MAK ont été pris à partie par un homme alors qu’ils marchaient. More..

Politique

Benhadid: « Said Bouteflika se prépare à succéder à son frère »

Un ancien général algérien s’exprime sur le limogeage du général Toufik. Le général à la retraite Hocine Benhadid traite Saïd Bouteflika de « malade mental » et l’accuse d’avoir été derrière le limogeage du général Toufik pour succéder à son frère Abdelaziz Bouteflika. Dans une interview de Radio M diffusée ce mardi 22 septembre, Hocine Benhadid a More..

Chronique

Abdelkader Rahmani nous a quittés

Ce sont ceux qui en font le plus dont on parle le moins. Je vous invite à prendre connaissance de ce personnage fondateur de l’Académie berbère. Abdelkader Rahmani nous a quittés le 2 septembre 2015. Né dans les montagnes kabyles en 1923, Abdelkader Rahmani, « indigène » de la République française, s’est forgé un destin tout à More..