Conception de l’Etat algérien (X)

L'Algérie sous Boumediène

En Algérie, les hommes qui se sont succédé au pouvoir ont pu s’opposer, apparemment, sur tout; tous ont participé du populisme. A. Ben Bella l’avouait avec une fausse ingénuité, évoquant l’opération « ramassage des petits cireurs » (pour les envoyer dans des centres d’éducation spécialisée), il expliquait « Je me résignai donc à faire ce que tout bon économiste condamne. Faute de m’attaquer à la cause, je résolus de m’attaquer à l’effet », et analysant la situation avec la perspicacité que donne la familiarité avec l’homme de la rue, il ajoutait :

Nous avons fait ces opérations (cireurs, hospices de vieillards) parce qu’elles répondaient à une profonde aspiration des masses algériennes. Celles-ci au sortir d’une nuit de 130 ans, après tant d’années où elles s’étaient trouvées méprisées, avaient le besoin de sentir, de voir, de toucher du doigt, la sollicitude à leur égard des autorités algériennes. Comme un enfant qui se réveillant d’un cauchemar demande à être rassuré et dorloté, le peuple algérien attendait affection et attention du premier Gouvernement algérien de l’Algérie.[1]

Le souci de la compétence, de la moralité, de la “composante humaine” d’un parti dévoyé par des « politiciens carriéristes » si souvent affirmé par le régime du colonel Boumediène, exprime exactement la même attitude.

Le populisme n’est pas contradictoire à l’attente de l’industrialisation, bien au contraire. Il constitue une réponse à la crise de développement que représente la nécessité conjointe de recourir aux techniques du colonisateur tout en rejetant ses valeurs culturelles et politiques. Le retour aux vertus du « peuple » sera l’antidote qui permettra de ne pas être empoisonné par les emprunts, indispensables, aux valeurs étrangères. Les populistes russes, déjà ne raisonnaient pas autrement. Il s’agit toujours de réaliser une industrialisation dont l’exemple vient de l’Occident, en évitant les coûts sociaux que l’on y constate et dont on a subi les effets. Le populisme se présente donc comme la recherche d’une synthèse entre les valeurs de base de la culture traditionnelle et le besoin de modernisation. Par son projet d’identification aux techniques de l’Occident et de différenciation radicale par rapport à ses valeurs culturelles, le populisme algérien évoque bien le « marxisme objectif » dont parle A. Laroui[2]. Dans la lutte des classes, la révolution prolétarienne ne vient-elle pas accomplir et développer les forces productives tout en modifiant complètement les rapports de production ? L’État sous-développé se présente ainsi comme un prolétariat international. Ceci entraîne comme conséquence normale le rejet du marxisme à l’échelon interne car un peuple prolétaire ne peut être qu’un peuple uni, donc sans prolétariat interne. Le marxisme (interne) est l’idéologie d’une société interne divisée en classes antagonistes, le populisme, celle d’une société interne unie par une volonté générale et en conflit avec d’autres sociétés qu’elle accuse de la dominer. Comme tous les populismes, c’est la réaction d’une « province » située à la périphérie du monde industriel et cherchant à en profiter contre la « capitale », c’est-à-dire le centre occidental et  « impérialiste » de ce monde, accusé d’en accaparer tous les bienfaits.

Le populisme algérien étant ainsi identifié, il est aisé dès lors de déterminer sommairement pour conclure sa fonction politique. Analysant le rôle de l’idéologie comme « soutien » d’un système politique, D. Easton distingue trois fonctions la fonction « partisane » évoque les croyances permettant d’organiser l’opinion sur le comportement quotidien des autorités politiques. La fonction de « légitimation » concerne les croyances soutenant ou contestant le régime et le droit des autorités à gouverner. La fonction « communautaire » concerne la persistance ou le changement de la communauté politique[3]. L’idéologie algérienne, fortement polarisée sur l’identification à la communauté à travers la Nation et l’islam, a donc une fonction communautaire déterminante. Sa fonction de légitimation est déjà moins sensible car l’ambivalence des attitudes vis-à-vis de l’État diminue l’assiette du régime. Cependant, la puissance intégrative du sentiment national joue là encore pour renforcer les régimes qui ne s’écarteront pas du bien commun du nationalisme déjà dessiné lors du programme de Tripoli. Enfin la fonction partisane est très faible comme dans nombre de sociétés de transition, l’idéologie a peu de prise sur la politique quotidienne les changements de personnel ou les variations dans les choix, y compris les choix de planification, n’affectent pas le soutien que la population porte au système. C’est peut-être pourquoi le parti unique, bien que constamment critiqué, conserve une légitimité inégalée peu importe qu’il fonctionne mal au jour le jour, le soutien que lui apporte le peuple s’adresse au symbole du régime, non au gouvernant réel.

Jean Leca, ETVDES, mai 1970

Notes :

[1] Cité par R. Merle, Ben Bella, Paris, Gallimard, 1965, pp. 171 et 173.

[2] Op cit., pp 139 et ss.

[3] D. Easton, op. cit., p.336

A lire aussi :

Première partie de cette étude : Idéologie et politique en Algérie

Deuxième partie : La culture politique algérienne

Troisième partie : La Nation algérienne

Quatrième partie : Conception de l’Etat algérien (I)

Cinquième partie : Conception de l’Etat algérien (II)

Sixième partie : Conception de l’Etat algérien (III)

Septième partie :  Conception de l’Etat algérien (IV)

Huitième partie : Islam en Algérie (I)

Neuvième partie : Islam en Algérie (II)

1 Commentaire

  1. Merci pour cet article pour nous rappeler les ” bonnes intentions “si ce n’est les “rêves” et “désirs “du premier gouvernement algérien sous contrôle du “frère” de Marnia avec ses décisions si ce n’est décrets pris et annoncés souvent lors de meeting en public.
    Puis-je y ajouter cette expression déjà populaire de cette époque très particulière des années 1962-63 et qui disait: “L’Algérie se trouve au bord d’un gouffre, on vient de faire le premier pas”
    Ǝ-miss Ṁuḥend Ṻjaεƒer

Les commentaires sont fermés.