Épicure : Le mécanisme

Les épicuriens

Épicure, vécut en Grèce de 341 à 270, avant J.-C., mais il ne nous est resté de son œuvre que quelques fragments. Sa doctrine est exposée principalement par le poète latin Lucrèce (98-54) dans son De natura rerum.

L’univers est constitué de corps et de vide… S’il n’y avait pas ce qu’on appelle vide, espace, ou nature impalpable, les corps n’auraient pas où se placer. Ils ne pourraient pas non plus se mouvoir, ce qu’ils semblent bien faire. Et il est tout à fait impossible de concevoir, par le concept ou d’une manière analogue, des substances existant en dehors de ces réalités, si ce n’est comme manifestations ou accidents de ces dernières […].

Il est nécessaire d’affirmer que les atomes n’ont aucune qualité phénoménale en dehors de la pesanteur, de la grandeur, de la forme et de ce qui, par nature, se rattache à cette dernière. Toute qualité se transforme; les atomes par contre ne subissent aucun changement, puisqu’il faut qu’il reste, après la dissolution, quelque chose de solide et d’indissoluble, qui fait que les changements n’aboutissent pas au néant et n’y prennent pas naissance, mais s’effectuent grâce au déplacement des atomes et à leur va-et-vient. Il en résulte avec nécessité que les éléments qui se déplacent ainsi sont indestructibles et ne sont point affectés par le changement : ce sont les atomes, doués de formes particulières et subsistant nécessairement. Dans les choses en effet qui se transforment devant nos yeux en subissant une diminution, la forme est considérée comme leur étant inhérente; mais il n’en est pas des qualités comme de cette dernière, qui disparaissent entièrement du corps qui change. Ces éléments qui persistent sont donc suffisants pour produire la diversité des composés, puisqu’il est nécessaire que quelque chose soit immuable et soustrait à la destruction.

Épicure, Lettre à Hérodote.

 

3 thoughts on “Épicure : Le mécanisme

  • 1 juin 2017 at 07:49
    Permalink

    Tout à fait Rose Blanche, puisque comme le rappelle Aqveyli N-Jerjer, cette chevauchée fantastique nocturne « de la Mosquée Al-Haram à la Mosquée Al-Aqsa » (17-1) n’a jamais pu avoir lieu puisque Al Aqsa fut construite bien après la mort de l’autoproclamé prophète…

    Reply
  • 26 mai 2017 at 08:53
    Permalink

    Bigre, Épicure (341 à 270, avant J.-C) avait découvert le mouvement brownien des atomes avant l’heure !
    Il n’y aurait donc pas que le livre vert qui contiendrait des faits miraculeux ?

    Reply
    • 31 mai 2017 at 15:54
      Permalink

      Les miracles sont d’un autre ordre dans le petit livre vert. Parce que enlever un coeur, le laver et le remettre en place tout en voyageant sur un cheval ailé à tête de femme, c’est tout de même miraculeux ! Naître 4 ou 5 ans après la mort de son père c’est encore un autre miracle. Ces deux-là sont de taille tout de même 😉
      Content de revoir le site de nouveau en ligne, il me manquait

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *