Tribune libre

Le bilan positif du colonialisme

Nous rappelons à nos lecteurs que les textes publiés dans cette rubrique reflètent l’opinion de leur auteur, Lucien Samir Arezki Oulahbib. Ils ne sont en rien l’expression des idées de l’ensemble de la rédaction de KabyleS.com. Cependant, nous sommes convaincus que c’est du débat argumenté que jaillit la lumière de la vérité. C’est pourquoi nous continuerons à publier des points de vue anticonformistes, tels ceux de LSA Oulahbib. Nous sommes tout à fait disposés à publier également des textes défendant des thèses opposées, pour peu qu’ils soient argumentés et montrent un intérêt pour la Kabylie. Bonne lecture.

Le cas de l’Algérie

Prenons l’Algérie comme cas de figure. La laïcité, la constitution de l’État de Droit dépassant le stade tribal (que connût la France jusqu’à Louis XIII avec la Fronde des Grands, n’oublions que l’Algérie, en tant qu’Etat, par exemple, est une invention “colonialiste”), l’instruction pour tous, et surtout pour toutes, l’amélioration du système de santé, tout ceci permit l’explosion démographique de la population autochtone et sa sortie de l’état de survie dans lequel les colonisations arabo-islamiques et turques l’avaient maintenu.

Certes, il y eut spoliation des terres, surtout après l’insurrection kabyle de 1871 (dont l’origine est bien moins nationaliste que liée à des questions d’honneur) mais dès 1927 “les achats de terres par les indigènes dépasseront ceux des européens : 500 000 hectares au total en 1954”. (In Pierre Goinard, Algérie, l’oeuvre française, prix Maréchal Lyautey de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, éditions Jacques Gandini, 2001, p.142 ; sur l’insurrection kabyle, voir p. 119 et mon écrit Les Berbères ou l’auto-étouffement in A l’ombre de l’Islam, minorités et minorisés, Bruxelles, Filipson, 2005.).

Il y eut également la possibilité, en Algérie, (sénatus-consulte du 14 juillet 1865) que les natifs aient le choix “entre continuer d’être régis par la loi musulmane ou jouir des droits des citoyens français en étant régis par les lois civiles et politiques de la France” (Pierre Goinard, idem, p. 110).

Cette intégration fut refusée par les arabo-islamisés (imprégnant également les Kabyles, jusqu’à leur perte), jugeant incompatibles les avancées civilisationnelles citées plus haut (dont la laïcité, l’instruction pour les femmes, le droit individuel de propriété également) et les fondements de l’araboislamité, cette ancienne (et féroce) colonisation qui prétendait encore régir la destinée algérienne.

Elle était aidée en ce sens par le renouveau du nationalisme arabe et de l’islamisme (avec l’arrivée des Saoud). D’où l’organisation par la suite des bains de sang -Sétif, la Toussaint- pour empêcher un tel rapprochement.
Ce processus ne fut évidemment pas freiné par l’illusion des deux Collèges (indigène et européen), un communautarisme avant l’heure.

Pourquoi ?

D’une part parce qu’il n’y avait précisément pas, parmi les natifs de souche (à part Ferhat Abbas), une volonté réelle d’admettre ce que les Gaulois avaient réussi à concevoir : l’apport positif de la colonisation romaine avec un droit unifié, un désir d’union politique malgré la diversité, une conception de plus en plus démocratique des relations sociales, une organisation urbaine distincte des propriétés féodales et ecclésiastiques.

D’autre part, le refus arabo-islamique à évoluer identitairement en prenant en compte les acquis indéniables du point de vue de la civilisation humaine, (celle qui pose l’émancipation, l’ouverture, comme conditions de tout affinement singulier),s’alimentait du refus opposé, celui du tout ou rien, ne comprenant pas qu’il fallait appuyer ces autochtones qui cherchaient à la fois à s’écarter de l’arabo-islamité et de l’assimilation pure et simple (à la façon de ce qui s’est passé en France, avec les dégâts que l’on sait).

Sauf que cet intéressant débat, cette mise en perspective, est aujourd’hui noyé par les relativistes d’extrême gauche et de gauche, les communautaristes de droite et d’extrême droite, qui refusent le socle universel, mettent sur un même pied la sharia et les droits démocratiques fondant de plus en plus la citoyenneté de par le monde.
Il est incroyable, dans ces conditions, que d’aucuns au gouvernement, veulent remettre en cause la loi du 5 février 2005, pour “apaiser les tensions” alors que ce faisant ils leur ouvriraient encore plus la porte puisqu’elles sont fomentées par tous ceux qui refusent l’intégration dans le “Système” (dit “néo-liberal” pour faire mode) pour les uns (résidus gauchistes ayant aujourd’hui pignon sur rue dans les médias et les universités), système “occidental” pour les autres, remettant en cause les “valeurs” et “l’identité” “arabe”, “islamique”, “noir”, autant de crispations en réalité, de nostalgie, refusant de concevoir que les traditions culturelles spécifiques évoluent, se nourrissent les unes les autres, se transforment.

Il est en fin de compte risible d’observer les mêmes individus s’étant battus contre l’immobilité, le fixisme, des “valeurs bourgeoises”, soutenir aujourd’hui mordicus les revendications identitaires visant à figer une fois pour toutes la condition humaine et ses singularités sexuelles et individuelles dans un moule culturaliste refusant toute autre innovation que celles inscrites dans un livre écrit il y a treize siècles, ou dans les coutumes ancestrales.

Cette réaction, là, n’est pas dénoncée, sinon par quelques vagues critiques sur “la tentation obscurantiste” mais qui ne vont pas au fond, parce qu’elles ne voient pas que ce qui est en jeu aujourd’hui, c’est l’avenir de la liberté. C’est-à-dire le devenir de la civilisation démocratique techno-urbanisée, avec ses différences culturelles, nécessaires, mais non suffisantes à elles seules pour penser l’interaction actuelle du devenir mondial et ce dans toutes ses dimensions.

Il est dommage que le débat en France et dans le monde, en soit réduit à cela, au degré zéro de l’analyse, diabolisant sans cesse l’autre, au lieu de percevoir aussi en l’autre, un même que soi. Un sentiment de dégoût ne peut que surnager désormais devant tant de manipulations.

Par LSA Oulahbib