Islam

Mariage de Mahomet avec Aïcha

Mahomet a épousé Aïcha alors qu’elle avait 6 ans, avant sa nuit de noce officielle, racontée par tous les compilateurs de hadiths, on sait qu’il pratiquait la mufa’khathat

La mufa’khathat veut dire “Placer entre les cuisses”. Mahomet avait l’habitude de cette pratique.

C’est le Comité permanent pour la recherche islamique qui le dit. A la question :

«Quel est l’avis des savants musulmans sur le mufa’khathat puisqu’il est bien connu que le prophète de l’islam, a pratiqué le “placer entre les cuisses” sur Aicha»

Le Comité après avoir effectué des recherches pour  étudier la question a donné cette réponse :

« En ce qui concerne le prophète, plaçant son membre entre les cuisses de sa femme Aicha. Elle avait six ans et il ne pouvait pas avoir de rapports sexuels avec elle à cause de son jeune âge. C’est pourquoi le Prophète plaçait son membre (pénis) entre ses cuisses et l’y frottait doucement, l’apôtre d’Allah avait le contrôle de ses membres [d’homme] comme aucun autre croyant… »

Aïcha raconte ses premiers moments avec Mahomet :

«Il m’a épousée au mois de chawwal de l’an 10 après la révélation, trois ans après l’émigration. J’avais alors six ans. Le jour où nous avions consommé le mariage, je n’avais que neuf ans. » (Ibn Saad, op. cit., 8/58) (Mahomet avait 53 ans !)

Après on s’étonnera qu’à notre époque, dans les pays musulmans, des fillettes de 8 ans soient livrées à des adultes qui reproduisent à l’identique les faits et gestes de leur « beau modèle ».

« L’apôtre est venu chez nous, entouré d’hommes et de femmes de ses compagnons. Ma mère m’appelle alors que je jouais à la balançoire. Elle me fait descendre. Puis, elle arrange mes cheveux. Remarquant mon visage barbouillé, elle prend un peu d’eau et me lave le museau. Ensuite, elle me conduit – sans savoir ce que sa mère voulait d’elle –, commente Qaddûra. En arrivant à la porte, elle m’arrête et attend que les gens dégagent de la place. Puis, elle me fait entrer. L’apôtre est assis sur un lit dans notre demeure. Elle me place dans son giron et me dit : Voici ton époux, qu’Allah vous bénisse ! les gens se lèvent et s’éclipsent. Nous consommons le mariage dans notre propre maison. Je n’ai alors que neuf ans. » (Tabarî, 3/176, Sahih Muslim, “Livre du Nikâh”, 1442, Ibn Hanbal, op. cit. 8/211, Al-Samt-al-thamîn, 32, Daddûra, op. cit., p. 78.)

Al-Bukhâri fait une description quasi analogue de cette cérémonie de mariage entre Aïcha et Mahomet (Sahîh Bukhârî, 5/70-71))

« L’Envoyé d’Allâh épousa Aïcha, fille d’Abû Bakr al-Siddîq à Makkah. Elle avait alors six ans. Il consomma son mariage avec Aïcha à al-Madînah lorsqu’elle avait neuf ou dix ans.» « L’Envoyé d’Allâh n’épousa aucune vierge autre que Aïcha. Ce fut son père Abû Bakr qui la lui maria. L’Envoyé d’Allâh lui donna comme dot quatre cents drachmes. » (Ibn Ishaq p.569)

« Il m’a épousée alors que je jouais avec mes copines. Désormais, ma mère m’enfermait et m’empêchait de sortir de la maison. Elle me répétait souvent que j’étais mariée ». (Ibn Saad, op. cit., 8/58))

« Il m’a épousée au moment où je jouais encore à la balançoire », a-t-elle souvent répété. (Ibn Saad, op. cit., 8/59)

« Aussi Longtemps que Khadija vécut, le prophète ne prit point d’autre femme ; mais, après sa mort, il épousa Aïcha, qui n’était âgée que de six ans et trop jeune pour qu’il puisse consommer son mariage avec elle. Elle resta encore deux ans chez son père Abou Bakr, et le Prophète ne la conduisit dans sa maison qu’après la Fuite. » (Tabari p. 591)