Marine Le Pen : Fraude estimée à cinq millions d’euros

Marine Le Pen pourrait être contrainte de répondre aux convocations des juges

Le Parlement européen évalue désormais à près de cinq millions d’euros son préjudice potentiel pour les salaires qui auraient été versés frauduleusement à des assistants d’eurodéputés FN entre 2012 et 2017, au centre d’une enquête sur des soupçons d’emplois fictifs, selon des sources proches du dossier.

Dans cette affaire, Marine Le Pen et l’appareil du parti sont suspectés d’avoir cherché à faire des économies sur les finances frontistes en faisant salarier par le Parlement européen des assistants parlementaires qui travaillent en réalité pour le parti.

Des éléments nouveaux ont fait gonfler la note

Cette estimation, 4.978.122 euros au 21 avril, est une “mise à jour” après la découverte des “éléments nouveaux” du dossier ces derniers mois, et peut encore évoluer, écrit dans une note aux juges d’instruction l’avocat du Parlement européen, Patrick Maisonneuve, a précisé l’une des sources. Une précédente estimation du Parlement, en septembre 2015, évaluait ce préjudice potentiel à 1,9 million d’euros.

Dans le même temps, Le Figaro révèle que l’immunité parlementaire dont bénéficie Marine Le Pen, en tant qu’euro-députée, pourrait rapidement être levée. Cette demande avait été effectuée par les magistrats français afin de poursuivre plus avant l’enquête.

Marine Le Pen bientôt devant les juges ?

Marine Le Pen avait fait savoir par avance qu’elle ne se rendrait à aucune convocation avant la fin des échéances électorales, grâce, justement à cette immunité. Pour toute mesure de coercition, ils doivent en effet d’abord obtenir la levée de son immunité auprès du Parlement européen, comme cela a été effectué dans un autre dossier, instruit par d’autres juges d’instruction, dans lequel il lui est reproché d’avoir diffusé des images d’exactions du groupe Etat islamique (EI) sur Twitter.

Une autre demande de levée d’immunité de Marine Le Pen est actuellement étudiée par la commission des Affaires juridiques du Parlement européen, toujours à la demande de la justice française. Elle concerne une plainte en diffamation déposée contre elle par l’ancien maire de Nice Christian Estrosi.

AFP