Proclamation aux colons d’Algérie

La colonisation de l’Algérie

Pendant la monarchie de Juillet l’Algérie était sous l’autorité de l’armée, ce dont les colons européens se plaignaient. Dès son installation, la République, par une proclamation aux colons (la première d’une série qui devait être longue) annonça une politique nouvelle et projeta l’assimilation de l’Algérie à la France. Puis, par un décret du 19 septembre 1848, l’installation de colons fut accélérée. Pour résorber le chômage, la distribution de terres fut prévue en faveur de tous ceux qui voudraient s’installer en Algérie où leur transport serait gratuit. Des milliers de familles partirent ainsi, mais leurs espérances furent souvent déçues et une commission d’enquête constata en 1849 la situation tragique de nombreux colons.

Proclamation aux colons d’Algérie (2 mars 1848).

Colons d’Algérie,

Le Gouvernement Provisoire se préoccupe vivement de la position précaire où vous avez été laissés pendant si longtemps. Il sait qu’une partie de vos embarras provient de l’incertitude qui, jusqu’ici, a plané sur l’avenir de l’Algérie. La coupable manie du Gouvernement déchu, sa pusillanimité peut-être, ont empêché le développement de la colonie où vous n’avez pas craint de transporter, dès les premiers jours, vos familles et vos capitaux.

La République défendra l’Algérie comme le sol même de la France. Vos intérêts matériels et moraux seront étudiés et satis­faits. L’assimilation progressive des institutions algériennes à celles de la métropole est dans la pensée du Gouvernement pro­visoire : elle sera l’objet des plus sérieuses délibérations de l’Assemblée nationale.

La France compte sur votre patriotisme pour seconder le gouverneur général investi de la confiance du Gouvernement provisoire.

Les membres du Gouvernement provisoire. Bulletin des lois, 1848, n° 4, loi n° 58.

Lire aussi Plaintes des colons français en Algérie