Islam

Si la sauvegarde de l’islam ne se réalise que par la sodomie, rien de mal en cela

Il est hallal, selon cet imam, de se faire sodomiser pour élargir son anus afin de pouvoir utiliser les suppositoires explosifs.

Un wahhabite pose des question cet l’imam, présentateur vedette d’une émission sur l’islam  :

Qu’Allah vous accorde le martyre et les houris au paradis. Je voudrais, qu’Allah soit satisfait de vous, faire une opération pour mourir comme martyr. Je me suis adressé au cheikh Abu-Al-Dima’ Al-Qassab, lequel m’a dit :

« Nous avons trouvé une nouvelle méthode sans précédent dans les opérations des martyrs. Il s’agit de mettre des capsules explosives dans ton anus. Mais pour t’entraîner à une telle opération, il est indispensable que tu acceptes de te faire sodomiser un certain temps afin que ton anus s’élargisse au point de recevoir la charge explosive ». Ma question à toi, qu’Allah ait pitié de toi, est la suivante : « Est-il licite que j’autorise à un frère jihadiste de me sodomiser pour élargir mon anus si l’intention est bonne et que le but est de m’entraîner pour le jihad ? »

Le cheikh loua Allah et répondit :

La sodomie est en principe illicite, et donc interdite. Mais jihad a la priorité parce qu’il sauvegarde l’islam. Si la sauvegarde de l’islam ne se réalise que par la sodomie, rien de mal en cela, en vertu des règles juridiques selon lesquelles : « La nécessité rend licite ce qui est illicite », et « Tout ce qui est nécessaire pour réaliser un devoir devient à son tour un devoir ». Or, nul devoir n’est supérieur au jihad. Toutefois, une fois que tu as été sodomisé, tu dois demander pardon à Allah et le louer beaucoup. Sois certain, mon fils, que Allah ressuscite les mujahids selon leurs intentions. Et ton intention, si Allah le veut, est de secourir l’islam. Nous demandons à Allah que tu sois parmi ceux qui écoutent le discours et en suivent ce qui est le mieux.

Le présentateur ajouta :

C’est cette fatwa qui a conduit une personne à commettre un attentat contre le ministre de l’intérieur Nayef Ibn Abd-al-Aziz, faisant usage d’explosifs dans son anus. Je me rappelle qu’au Koweït, des drogues étaient importées en contrebande de l’Afghanistan et du Pakistan, par des wahhabites de la Qaïda qui les plantaient en Afghanistan. Je lisais quotidiennement dans les journaux que des quantités de drogues étaient saisies, et ces drogues se trouvaient dans l’anus d’Afghans. Le Koweït en souffrait tellement que la première chose qu’on faisait était d’inspecter l’anus des Afghans et des Pakistanais. Ceci était une chose courante chez les wahhabites.