Politique

Arabisation systématique en Algérie

Mehri et l’arabisation systématique (1970-1977) Le remaniement ministériel du 21 juillet 1970 substitue au domaine de Taleb Ibrahimi trois ministères : l’Enseignement primaire et secondaire (Abdelkrim Benmahmoud), l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique (Mohamed Seddik Benyahia), et l’Enseignement originel et les Affaires religieuses (Mouloud Qasim). L’agent actif de l’arabisation sera Abdelhamid Mehri, secrétaire général de l’Enseignement More..

Politique

Arabisation idéologique

Taleb Ibrahimi et l’arabisation idéologique (1965-1970) Sous l’impulsion du ministre de l’Éducation nationale, Ahmed Taleb Ibrahimi, descendant d’un réformiste connu[1], l’arabisation est utilisée pour légitimer un régime impopulaire, en étant présentée comme la face culturelle de l’indépendance. Le ministre fixe les impératifs de l’enseignement : démocratisation, arabisation, orientation scientifique. Mais la mise en place continue : arabisation More..

Chronique

Polémique sur la Colline oubliée de Mammeri

En guise de conclusion Mouloud Mammeri ou la colline emblématique Cet article nous fait revivre la polémique qui a accueilli La colline oubliée de Mouloud Mammeri à sa sortie en 1952 et nous donne à voir les rôles déterminants joués alors par des hommes qui exerceront après l’indépendance de l’Algérie, sous les régimes de Ben More..

Chronique

Mouloud Mammeri: Chronique d’une mise à mort

Mouloud Mammeri ou la colline emblématique (II) Amar Ouzegane : l’alerte Dans un article paru le 17 octobre 1952 dans Le Jeune Musulman n°7 et intitulé « Qui nous donnera une version nationale de “La Case de l’oncle Tom” ?, Ouzegane ouvre la voie et pose les premiers jalons de l’attaque. Son texte, qui n’est pas exclusivement consacré More..

Chronique

Mouloud Mammeri ou la colline emblématique

Sahli et Mostefa Lacheraf mais aussi Ahmed Taleb-Ibrahimi fondateur du Jeune Musulman en 1952. C’est dans cette revue des « Oulamas » dont la ligne éditoriale combattait ouvertement la berbérité de l’Afrique du Nord qu’avait été orchestrée la campagne contre le livre.Que Mouloud Mammeri, l’homme du Printemps berbère de 1980, ait été aussi l’auteur de More..