Biographie

Bélaïd At Ali meurt dans l’anonymat

Le 12 mai 1950, dans le pavillon des incurables d’un hôpital d’Algérie, loin de son pays natal tant aimé, Bélaïd At Ali, un pauvre kabyle mourait de tuberculose. Personne n’en fut informé sauf celui à qui il avait écrit : « Quand vous recevrez un télégramme de la direction, c’est que je serai mort. » De l’hôpital de More..

Biographie

Comment Bélaïd At Ali occupe ses longues journées ?

Bélaïd At Ali écrit, des lettres de six à huit pages d’une écriture serrée, il « compose » ses souvenirs, il observe ses compagnons de misère : Fais la grasse matinée et, au lit, je lis Témoignage Chrétien jusqu’à la soupe ; après quoi, retour au lit. Quelques bonnes cigarettes, quelques lignes de T.C. et re-sommeil. Oui, la vie More..

Biographie

Bélaïd At Ali est hospitalisé

Une des lettres suivantes de Bélaid At Ali vient de l’Hôpital de Tlemcen, puis une autre de l’Hôpital civil d’Oran où il a été transféré avec une feuille d’hospitalisation qui porte un laconique tuberculose pulmonaire. « Le régime est ici très bon, la nourriture si abondante que l’on retrouve du pain, (oui, du pain !), de la More..

Biographie

Belaïd At Ali le vagabond

Belaïd At Ali entreprend alors la route qui aurait dû le ramener au pays kabyle. Il connaît, de nouveau, la faim, la prison pour vagabondage et ivrognerie ; il couche à la belle étoile, dans les jardins publics, les granges, les garages. Le paludisme, puis une pneumonie préparent le terrain à la tuberculose. Des diverses étapes More..

Biographie

Bélaïd At Ali seul et sans ressources

Bélaïd At Ali vit dans la crainte d’être arrêté car les gendarmes passent souvent à Azrou, à la recherche de militants nationalistes. La vie est dure ; le ravitaillement, (on dit maintenant boutayma pour désigner ce nouvel ordre de choses imposé par la guerre), le ravitaillement est difficile. Belaïd At Ali n’a, pour vivre, que les More..

Biographie

Izarar Bélaïd At Ali génie de la littérature kabyle

Izarar Bélaïd, plus connu sous le nom de Bélaïd At Ali naquit en 1909, à Azrou-Kellal, une des localités où sa mère a exercé le métier d’institutrice. Il est le sixième enfant d’une famille de cinq filles et de trois garçons. Il avait également deux demi-frères issus d’un premier mariage de son père Ali At-Ali. More..