Récit de voyage

On compte sept villages kabyles entre Ménerville et Tizi-Ouzou

En quittant Ménerville, la diligence traverse dans toute sa largeur la belle vallée de l’Iisser, que j’ai remontée hier. Partout, des deux côtés de la route, se montrent des champs de blé et des vignes. Nous voyons en passant le village de lilad-Guitoun et, après avoir traversé le fleuve, ceux d’lsserville, entouré de bois d’eucalyptus; More..

Récit de voyage

Fort National, oued Aïssi en 1884

A six heures du matin, me voici de nouveau en voiture. J’ai trouvé un compagnon de voyage, M. J…, avocat au barreau de Bordeaux, qui vient chercher dans ce pays du soleil et de la lumière l’oubli momentané des brumes de la Garonne. Son itinéraire coïncide avec le mien pour quelques jours ; nous sommes enchantés l’un More..

Vieux bouquins

Veut-on ou ne veut-on pas conserver l’Algérie ?

Si l’on ne veut pas la conserver, il faut se dépêcher de l’abandonner afin d’éviter les dépenses de toute nature qu’elle occasionne. Si l’on veut la garder, il faut aussi se dépêcher de prendre les mesures les plus propres à en tirer le meilleur parti possible. Or, dans ce dernier cas, doit-on laisser les Arabes More..

Vieux bouquins

Droit de propriété en Algérie

Il faut aborder la délicate question du droit de la propriété et la résoudre, car elle est la base de tout établissement en Afrique[…] Avant la conquête, il existait des propriétés privées, et celles-ci, situées presque toutes dans les environs des villes, appartenaient à des établissements pieux, à des Maures ou à des Turcs. Ce More..

Documents historiques

Algérie royaume arabe

La Seconde république avait pourvu l’Algérie d’une administration civile et favorisé la colonisation européenne ; l’Empire, tout en bouleversant à plusieurs reprises l’administration centrale, pratiqua lui aussi une politique de colonisation intensive qui se fit souvent au détriment des Kabyles et Arabes. Napoléon III, après un voyage en Algérie en 1862, annonça brusquement un changement More..

Documents historiques

Proclamation aux colons d’Algérie

La colonisation de l’Algérie Pendant la monarchie de Juillet l’Algérie était sous l’autorité de l’armée, ce dont les colons européens se plaignaient. Dès son installation, la République, par une proclamation aux colons (la première d’une série qui devait être longue) annonça une politique nouvelle et projeta l’assimilation de l’Algérie à la France. Puis, par un More..

Documents historiques

Organisation d’un dispensaire à Alger

Le lieutenant général de police, Voulant pourvoir, par la création d’un établissement indispensable dans toute grande ville, et que la présence de troupes nombreuses rend plus nécessaire encore, aux dangers que présente l’invasion d’une maladie redoutable, et introduire l’ordre dans les habitudes dont la tolérance est de nécessité; A ces fins ARRÊTE : ART. 1er. More..

Documents historiques

État-civil des indigènes, modification ou abrogation

État-civil : nécessité d’abroger ou de modifier la loi exigeant une carte d’identité et acte de naissance pour les actes dressés par les cadis et les notaires. Séance du vendredi 21 novembre 1930 LE PRÉSIDENT. – Messieurs, l’ordre du jour appelle la discussion d’une question soulevée par MM. Ben Badis et Benchenane. Depuis la récente More..

Vieux bouquins

Les Arabes ignorants deviendront civilisés et instruits

Le titre est tiré du livre de El Mekki Ben Badis intitulé “Exposé des lois répressives pouvant s’appliquer aux voleurs de la campagne en Algérie“, publié en 1875, dont vous pouvez lire un extrait dans cet article. Vous constaterez que le sieur Ibn Badis fait l’apologie de la colonisation française. Nous savons et connaissons comme More..

Histoire

Comment gouverner l’Algérie?

L’Algérie n’est pas une possession superflue, c’est un complément nécessaire pour la France. Cette colonie offre, à la population croissante de sa métropole, un territoire riche en produits qui lui manquent ; elle assure sa prépondérance sur la Méditerranée, elle entraîne forcément sa politique dans une voie dont elle n’aurait dû jamais s’écarter. […] Le More..