26 septembre 2020

Acharnement du pouvoir algérien sur un poète kabyle

KABYLIE ( Kabyles.com) — Le régime mafieux algérien ne cesse de s’acharner sur le poète et militant kabyle Samir Mokrani, dit Anza. Le 8 mars, la justice algérienne qui fonctionne par téléphone a appliqué le verdict de culpabilité ordonné par les bourreaux qui gèrent cette république bananière. Le juge a prononcé une peine de 2 ans de prison contre l’accusé qui n’a commis ni crime ni délit. Un jugement très sévère pour une fausse accusation : vol de l’emblème national !  Une incrimination qui a pour but de faire taire un poète et soumettre un Kabyle libre. 

Par cette condamnation arbitraire, c’est toute la Kabylie qui est censurée, qui est sanctionnée, qui est méprisée et méjugée. C’est la liberté qui est attaquée. C’est toute l’humanité qui est insultée par ces agissements qui portent atteinte aux droits fondamentaux de l’être humain, en l’occurrence la liberté d’expression et le droit à l’autodétermination des peuples.

En Algérie, la justice libère les terroristes et les malfaiteurs. On peut citer le cas de Madani Mezrag, chef d’une organisation terroriste, l’AIS (Armée Islamique du Salut). Ce sanguinaire notoire, après avoir assassiné plusieurs personnes durant la décennie noire, a bénéficié d’une amnistie totale et a même été reçu par le chef de cabinet de la présidence de la République en juin 2014 en tant que personnalité nationale pour faire part de sa vision sur la réforme de l’État.

Sinon on peut revenir aussi sur le cas de Khaled Tebboune, fils du président algérien, acquitté par le tribunal d’Alger, le 26 février 2020, après une détention provisoire depuis juin 2018. Khaled Tebboune est poursuivi pour plusieurs chefs d’inculpation notamment pour corruption, trafic d’influence, abus de fonction et son implication dans l’affaire des 701 kilogrammes de cocaïne saisis au port d’Oran. Aujourd’hui, il a repris ses affaires habituelles, après le parrainage de sa liberté par son père Abdelmadjid Tebboune.

Samir Mokrani, dit Anza, n’est ni un criminel ni un terroriste. Il n’est pas un importateur de cannabis et de cocaïne. Cet homme n’a assassiné personne. C’est un militant kabyle, un défenseur des droits humains et des valeurs humaines. C’est un citoyen qui exprime ses idées et qui dénonce les injustices que le régime colonial algérien exerce sur les militants kabyles et sur la Kabylie.

Samir Mokrani est un activiste d’exception qui porte très haut, aux côtés de ses concitoyennes et concitoyens, le combat pacifique du peuple kabyle pour son droit à l’autodétermination. Ses mots encouragent les braves kabyles, mais ils angoissent, hantent et horrifient les ennemis de la Kabylie. Sa poésie jaillit du fond de ses entrailles, des tréfonds de la mémoire de la Kabylie et de l’Histoire du peuple kabyle. Ses discours sont une source d’inspiration, une source de chaleur, une source d’espoir, une source de liberté pour toute l’humanité.

Samir Mokrani est ce poète qui refuse de respirer autre que l’air de la liberté.

Dénoncer l’injustice et la tyrannie du régime colonial algérien est un devoir. Soutenir Samir Anza, le militant des causes justes et le Kabyle souillé par le pouvoir algérien, est une nécessité.

Vidéo : Samir Mokrani, le poète qui respire la liberté.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!