29 octobre 2020

Allaoua, Takfarinas clips et tchektchouka

Montre le clip d’Allaoua à un surhomme, il te parlera de la nullité du texte et de la musique 4X4 que même un sourd-muet pourrait composer sur FL Studio, du ridicule de la chorégraphie qui ressemble à une Macarena ratée. Etc.

Montre ce clip à un sous-homme, il te parlera du cul de Célia Sadi.

Bref ! Nos pauvres artistes qui veulent faire un plongeon dans le monde de la musique moderne ne savent malheureusement pas comment faire. Et ils finissent tout connement par faire n’importe quoi. Ils ont les ingrédients du clip moderne : des actrices, des danseuses, des beaux paysages, du matos vidéo dernier cri. Mais ils n’ont pas la recette. D’ailleurs, le premier ingrédient devrait être un bon instrumental réalisé avec finesse. La musique d’Allaoua est grotesque, inondable. Un rythme zdek zdek qui fait mal au crâne, une musique sans aucune mélodie ni âme. Pourtant, il nous a habitués à mieux.

Imaginez que vous vouliez faire une pizza ; avoir tous les ingrédients ne suffit pas. Vous devez savoir comment agencer et disposer les ingrédients, connaître également le temps de cuisson, sinon vous n’aurez au final qu’une tchektchouka à la Takfarinas.

Après avoir réalisé un minuscule sondage dans la rue, cela m’a inspiré de le refaire dans l’UMTO. Sur 300 étudiants interrogés, 15 déclarent avoir préféré le dernier hit d’Allaoua à celui de Soolking. Pour ma part, je préfère de loin celui de Soolking, car le clip ainsi que la musique sont très bien travaillés. J’ai beaucoup adoré également celui D’Akli D.

Honnêtement, et je suis très objectif, quand on regarde les derniers clips d’Allaoua et Takfa, on dirait des parodies à la Michaël Youn. Dur à croire que c’est un travail sérieux.

D.K. 13 juin 2020

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!