26 octobre 2020

Arabisation idéologique

Taleb Ibrahimi et l’arabisation idéologique (1965-1970)

Sous l’impulsion du ministre de l’Éducation nationale, Ahmed Taleb Ibrahimi, descendant d’un réformiste connu[1], l’arabisation est utilisée pour légitimer un régime impopulaire, en étant présentée comme la face culturelle de l’indépendance. Le ministre fixe les impératifs de l’enseignement : démocratisation, arabisation, orientation scientifique. Mais la mise en place continue : arabisation de la seconde année primaire à la rentrée 1967[2], création d’une section arabe à la faculté de droit en 1968 et d’une licence d’histoire en arabe[3]. Le 5 décembre 1969 est créée une Commission nationale de réforme, chargée de préparer un projet de réforme du système éducatif : elle comporte une sous-commission de l’arabisation, présidée par Abdelhamid Mehri.

Le 26 avril 1968, une ordonnance[4] rend obligatoire pour les fonctionnaires et assimilés la connaissance de la langue nationale, à partir du 1er janvier 1971. Les fonctionnaires en place doivent acquérir pour cette date la connaissance de cette langue, et les nouveaux recrutements à cette date se feront sur cette base. Par ailleurs, les actualités dans les cinémas sont arabisées (en arabe moderne) en octobre 1967[5].

Des débats sur cette politique sont soulevés en divers lieux : chez les magistrats[6], dans la presse[7]. Selon une enquête menée à cette époque par l’Université de Berkeley[8], 80 % des jeunes gens interrogés sont hostiles à l’arabisation de l’enseignement universitaire. En 1969, un groupe d’enseignants algériens demande, dans une lettre publiée dans un hebdomadaire, l’utilisation de la langue dialectale dans l’enseignement[9]. En 1970, un article de Mohamed Seddik Benyahia, ministre de l’Information, va jusqu’à évoquer, à propos de cette question, « la trahison des clercs[10] ».

À suivre
Grandguillaume Gilbert, enseignant honoraire à l’EHESS. Ancien responsable de la coopération culturelle à l’ambassade de France à Alger.

À lire aussi :
Enjeux linguistiques en Algérie
Politique linguistique en Algérie de 1962 à 1988
Arabisation idéologique
Arabisation systématique en Algérie
Pause de l’arabisation en 1977
Officiels du FLN de la tendance arabisante
Arabisation les années difficiles
Bouteflika et la question des langues
Question de la langue en Algérie nouvelles perspectives

[1] Cheikh El Bachir El Ibrahimi (1876-1965), successeur de Cheikh Ben Badis, fondateur du mouvement réformiste en Algérie en 1931.
[2] Grâce au recrutement de mille coopérants syriens.
[3] El-Moudjahid, 2 juin 1967 et 9-10 février 1968.
[4] Journal officiel du 3 mai 1968.
[5] El-Moudjahid arabe, n° 387 du 1er octobre 1967.
[6] Mise en garde du président de la Haute Cour en présence du président Boumediene, à la rentrée judiciaire de 1967, Annuaire de l’Afrique du Nord, 1967, p.154.
[7] El-Chaab du 11 janvier 1967 et El-Moudjahid arabe, n° 352 du 29 janvier 1967.
[8] Annuaire de l’Afrique du Nord, 1969, p.460.
[9] Jeune Afrique, n° 418, 5-13 janvier 1969.
[10] Révolution Africaine, n° 316, 14-20 mars 1970.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!