28 octobre 2020

Déflagration des sens de Karim Akouche, le rendez-vous avec la liberté

LITTÉRATURE (Kabyles.net) — Le dernier roman de « la trilogie de la dépossession » de l’écrivain kabyle Karim Akouche, Déflagration des sens (éditions Écriture, groupe de l’Archipel), paru en France le 10 septembre, est attendu au Québec le 10 octobre prochain.

Un roman de révolte chargé « de bruit et de fureur » où l’auteur, tel un chirurgien muni d’une plume-scalpel, fouille dans les failles d’une société algérienne égarée, fondée sur des bases de pacotille, qui peine à s’accrocher à l’horizon. Une société où règnent frustration, angoisse, censure, tabous, chômage, chaos.

Pris dans un périple labyrinthique et un rythme haletant, le personnage principal, Kamal Storah, alias Kâmal Sûtra, dénonce l’intégrisme et le militarisme, le mensonge et l’hypocrisie, brise les tabous et les interdits, transgresse les règles archaïques et les lois absurdes, où des despotes galonnés ou cravatés étranglent une société en mal de repères.

Déflagration des sens raconte, avec des mots francs et profonds, le récit solaire et caustique d’un indigné dans un style chevauchant plusieurs registres, humour et « réalisme sale », idée et beauté, philosophie et musicalité.

Le personnage central, traqué par la police et les islamistes, s’enfuit vers le désert et, ivre de poésie, les oreilles remplies de blues du désert de Tinariwen, trouve refuge chez les enfants de Tin Hinnan.

Déflagration des sens est à la fois une fuite vers le néant, une vaste frustration comme bagage et un grand rendez-vous avec la littérature et les mots qui consolent.

À lire par tous ceux et celles qui ont faim n’ont pas de pain, mais de liberté.

Crédit photo : Kamal Harani
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!