27 octobre 2020

Des militants Kabyles face à l’injustice du colonialisme algérien

KABYLIE (Kabyles.net) — Sofiane Babaci et Ammer Saidani, deux souverainistes Kabyles, accusés d’atteinte à l’intégrité et l’unité du territoire national. Sofiane Babaci est convoqué par le Procureur de la République algérienne du tribunal de Bordj Menaïel, commune de la wilaya de Boumerdès. Sa comparution aura lieu le 28 décembre 2020 dans la salle numéro 20 à 9 h au sein du dit tribunal. Ammer Saidani a été condamné en première instance, à deux ans de prison ferme, il va comparaître ce mercredi 23 septembre 2020, devant la cour d’appel de Boumerdes. Hamitouche Massenssen quant à lui est poursuivi pour prise de photos sans autorisation, son procès, prévu le mardi 22 septembre 2020, a été reporté au 13 octobre 2020.

Ces jeunes Kabyles militent pacifiquement pour l’autodétermination de la Kabylie, un principe issu du droit international selon lequel chaque peuple a le droit de disposer de lui-même. Un traité dûment ratifié par l’Algérie, mais le régime mafieux algérien ne respecte aucun droit ni aucune loi.

En 2019,  Sofiane Babaci, a été interpellé arbitrairement par des policiers en civil qui l’ont conduit au commissariat de la ville de Laaziv (Naciria), dans la wilaya de Boumerdès, où il a été sauvagement agressé et torturé. Par la suite, un juge d’instruction l’a placé sous mandat de dépôt. Sofiane Babaci s’est vu refusé par les policiers, le procureur et le juge l’accès à un médecin.

Maître Kader Houali, avocat au barreau de Tizi-Ouzou, a constaté les blessures infligées au jeune Kabyle Sofiane Babaci au commissariat.

Au moment où je lui ai rendu visite, les traces de violences étaient encore visibles sur son visage ; des bleus partout et l’œil gauche enflé. Il a aussi une fracture à la jambe gauche qui l’empêche de se tenir debout. À ce jour, et jusqu’au moment de ma visite, il n’a pas été examiné par un médecin, et il n’a reçu aucun soin nécessité par son état,

a déclaré son avocat, Maître Kader Houali.

Sur sa page Facebook, Maître Kader Houali déplore l’inertie et l’indifférence de certaines organisations politiques et certains organismes de défense des droits humains face à l’injustice que les autorités algériennes exercent sur les souverainistes Kabyles :

Hamitouche Massnsen et Ammer Saidani , deux militants que certains éviteront de citer ou même de défendre au nom des libertés et des droits de l’Homme. Vous savez pourquoi ? Juste par ce qu’ils ne sont pas comme les autres détenus qu’on a connu jusque-là, ils sont Kabyles et ils l’assument sans complexe,

a-t-il écrit.

Il a rappelé que :

Massnsen comparaîtra demain le 22 septembre devant le tribunal de Tizi-Ouzou pour prise de photos sur une personne (agent de police) sans autorisation, quant à Amar Saidani, il est condamné à deux ans de prisons ferme par le tribunal de Boumerdès pour atteinte à l’unité nationale, et le 23 de ce mois, il comparaîtra en appel pour le même chef d’inculpation.

Maître Kader Houali dénonce aussi la différence de traitement et de réaction vis-à-vis des victimes de l’arbitraire de la justice algérienne et le régime auquel elle rend service. Pour lui, cette solidarité sélective n’a aucune raison d’être. Il a réaffirmé dans le même message son soutien à Hamitouche Massnsen et Ammer Saidani :

Ces deux jeunes militants méritent tout notre respect pour leur détermination et leur honnêteté militante. Si maintenant les gens ont tendance à se solidariser avec certains et laissent ceux à qui on doit la solidarité par fraternité, alors, la solidarité militante doit changer de définition,

a-t-il ajouté.

Il est à signaler que Maître Soufiane Dekkal et Maître Kader Houali sont deux avocats chevronnés qui défendent sans relâche les souverainistes Kabyles ce qui leur a valu d’ailleurs des intimidations, des menaces et des arrestations. Grâce à leur ténacité, leur courage et leur générosité rien n’a pu les empêcher de poursuivre dans cette voie honorable, celle de défendre les droits des opprimés et des plus démunis.

Devant la tyrannie, il n’y a que la mobilisation et la solidarité du peuple kabyle pour protéger ses enfants et sa patrie. 

L’intervention des instances internationales pour protéger le peuple kabyle n’est pas qu’un devoir, mais une nécessité.

Le Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK), à sa tête monsieur Ferhat Mehenni, condamne fermement l’oppression du pouvoir colonial algérien et dénonce énergiquement ces pratiques d’un autre âge qu’il fait subir aux militants du mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie ; il le met en garde contre toute atteinte à la vie et aux droits du peuple kabyle, notamment en matière de racisme, de xénophobie et de violence quelle qu’elle soit. Il interpelle encore une fois tous les États de droit et les organisations internationales, en particulier l’ONU, pour apporter leur appui à la Kabylie et au peuple kabyle qui aspire à son indépendance.

Le combat du peuple kabyle pour sa liberté, la sauvegarde de son identité, sa langue, sa culture et son histoire est irréversible et son dévouement à sa Kabylie découle de son attachement profond et sans faille à sa terre natale, terre de ses aïeux. La Kabylie. 

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!