Kamel Daoud, le faux Camus

La version arabique de la peste ou le faux Camus.

L’écrivain éruptif du “Bouteflikisme” et du régime en place ne gueule presque jamais lorsqu’il s’agit de l’Oranie de “la gay pride”, la région favorisée par la régence d’Alger pour incarner l’idéologie dominante, tout en époustouflant les foules aveugles et analphabètes à l’ère du digital, et plus en moins de sa terre natale, bastion de l’anti-kabylisme au plus haut point. Je parle du réfugié du “Point”, le fake-Camus ou plutôt la version arabique de la “peste”, Je vous parle du chroniqueur qui se positionne comme un idiot utile pour la Monarchie de la Camaraderie de Vieillard Pourris et comme une gaupe au service des Gaulois.

Il ouvre son bec uniquement quand il est temps de coller des mots au dos de la Kabylie. Ce n’est pas du tout étrange ! À part sa clope, s’acharner et s’attaquer à la terre de Mammeri et Feraoun est son ultime sport qu’il pratique depuis des années. En Algérie, presque personne ne lit les chroniqueurs francophones algériens à l’exception des Kabyles ! C’est là que réside le dilemme des pauvres malheureux ! Ces pseudo-écrivains ne sont pas invités ailleurs qu’en Kabylie. En Kabylie ils mangeaient du bon couscous, ils pouvaient parler librement de philosophie, politique, sociologie… Aux quatre coins de la Kabylie, lui et ses semblables des têtes de mules, à l’instar de Chaouki Ammari, Maamar Fareh, Elhouri Addi et tutti quanti.

Nous sommes arrivés à ce stade grâce à la complicité et la nativité aveuglante des nôtres. Nos chers compatriotes applaudissent n’importe quelle figure qui nous rend visite. Chaque personnalité pourrie qui nous remercie tout en dictant la fameuse phrase “Bravo 3likom”. Il faut inhumer la flagornerie, ces flatteries et toutes ces pratiques qui ne servent à rien.

Arrêtez d’inviter ces carrosseries putréfiées et putrides. Lisez les deux véritables Camus, Renaud Camus et Albert Camus .

Ramzi Akkache, 20 septembre 2021.

error: Content is protected !!