24 septembre 2020

Le Kabyle n’est pas musulman mais islamisé

Quand nos intellectuels, nos penseurs et politiciens s’expriment, ils partent tous du même postulat : le Kabyle est musulman. Je me rappelle encore du discours de Ferhat quand il se présentait comme étant « un homme né musulman ».

On ne naît pas musulman, on ne naît pas avec une épée d’argent dans la bouche. L’islam, les Kabyles ne l’ont pas choisi. Même si aujourd’hui, la majorité des Kabyles n’ont rien à voir avec l’islam, ne voilent pas leur femme, aiment boire et mangent du sanglier, ils demeurent tout de même enchaînés à la culture musulmane dans leur cerveau.

Le Kabyle n’est pas un musulman, mais un islamisé. Dans les années 650, notre peuple a subi une invasion, une guerre des plus sauvages et meurtrières. Nous avons longtemps résisté. Notre reine Dihia a combattu comme une lionne. Son armée brûlait, décapitait et empalait les envahisseurs. Notre armée a gagné plusieurs batailles. Les Arabes ont été repoussés à maintes reprises. Mais hélas, les Arabes sont revenus avec encore plus de soldats. Notre armée affaiblie n’a malheureusement pas pu faire le poids. Capturée par les armées arabes, notre reine a été écartelée et décapitée. Ses deux bras enchaînés à deux chevaux, avant qu’elle se fasse écarteler, elle a soufflé ses mots à son peuple : « assagi knut mana cfut ». Qui veut dire « aujourd’hui vous êtes mis à genoux (en référence à la soumission, mais également à la prière musulmane), mais n’oubliez pas votre histoire »

Depuis, notre peuple a été soumis de force à l’islam. Tous ceux qui ne pratiquaient pas les rites de l’islam étaient décapités. Avec le temps, l’islam est devenu un conditionnement. Tout le monde se disait musulman pour échapper au châtiment. De révolte en révolte, notre peuple a pu se libérer de la domination arabe, mais il est resté traumatisé et surtout ligoté dans sa tête à cette culture arabe.

Par exemple, la majorité des Kabyles qui fêtent l’Aïd sont simplement soumis à la théorie du conditionnement pavlovien.

C’était la peur d’être tué qui a poussé nos ancêtres à fêter l’Aïd. Aujourd’hui, cette épée de Damoclès n’existe plus, mais beaucoup des nôtres fêtent l’Aïd sans rien connaître de l’islam et du coran et sans même connaître les origines de cette célébration.

Cette fête est devenue une simple réaction pavlovienne. La preuve, ce jour est bizarrement le jour préféré des Kabyles pour boire. Ce qui est une totale contradiction avec l’islam.

Comme on dit : Vae Victis.

Djafar Khenane, 10 août 2019

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :