Les hypocrites

L’islam est incompatible avec l’amour, la paix, le bonheur. Si vous voulez vivre heureux, vous savez ce qui reste à faire, il faut faire le bon choix avant qu’il ne soit trop tard.

Mhend Ameghbun connait parfaitement cette situation infernale. Il se retrouve dans la gueule du loup, coincé entre le marteau et l’enclume, Allah et l’amour.

Il avait épousé une femme kabyle qui portait de jolies robes traditionnelles. Quelques mois après le mariage, sa femme a troqué ses vêtements ancestraux contre des habits noirs, uniformes, laids et étranges qui ne portaient ni dessins, ni couleurs.

Au contact des intégristes islamistes, ses attitudes et son comportement changèrent radicalement. Elle priait, jeunait, lisait le coran plus longuement que les musulmans ordinaires. Il lui arrivait de passer des heures et des heures dans cette situation.

Mhend Ameghbun se souvient de ses parents qui mettaient au grand maximum quinze minutes pour faire les ablutions et prier en douceur sans déranger personne.

Mhend Ameghbun souffre en silence. Il est devenu un mendiant d’amour qui se heurte à l’incompréhension de sa femme qui préfère aimer Allah et son prophète et abandonner son mari seul avec sa seule main pour lui prodiguer un peu d’affection.

Certaines musulmanes sont de grandes hypocrites. Elles prennent de la religion uniquement ce qui leur plait et les arrange. L’Islam recommande à l’épouse d’obéir et satisfaire son mari en se faisant belle et désirable mais elles n’en font qu’à leur tête de (mule). Elles transforment la chambre à coucher en dortoir et salle de prière.

Par Boussad Hammar Amazigh

1 Comment on "Les hypocrites"

  1. Beaucoup d’Hommes souffrent en silence du sans amour et d’eau fraiche d’ablution, hélas. Je dirais à Mhend AmeghVun que l' »islam » permet la polygamie et la répudiation afin d’éviter l’usure de sa Main. Je maudis l’ancien temps où ses parents ont engendré ce montre du quart d’heure de pause de leur cerveau qui a fini par s’avachir en zombi.

    J’espère que je n’ai pas blasphémé sur le hashtag: dénonce ton helouf.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*