Les Kabyles, Iqvayliyen

Tout d’abord, il y a les Kabyles j’m’enfoutistes. Ils n’ont rien à cirer qu’ils soient Kabyles, Arabes ou Chinois. Ceux-là, on n’en a autant rien à cirer. Passons aux autres.

Les Kabyles sont de trois types :

Le Kabyle algérianiste :

Il a un attachement viscéral à ce qu’il croit être son pays. Il pourrait même mourir pour le défendre. Mais il ne sait pas que ce dernier ne mourra jamais pour lui et qu’il n’a jamais été le sien.

Il veut absolument convaincre les autres qu’il est un bon citoyen, qu’il porte fièrement son pays dans son cœur, que tous ces concitoyens sont ses frères, qu’il aime bien la chanson chaabi alors qu’il n’ignore pas que Matoub et Slimane Azem sont encore interdits de télé jusqu’à aujourd’hui.

Il veut leur montrer qu’il n’est pas régionaliste ou raciste, qu’il est un bon musulman; il niera l’existence d’algériens athées et diabolisera ceux d’entre ses frères kabyles qui le sont; il est pire envers les chrétiens.

Il te dira ses rêves d’une Algérie démocratique et plurielle alors qu’il sait pertinemment que ceux avec qui il aspire à partager cette Algérie de ses rêves sont des islamistes donc fascistes par définition. Il croit pouvoir vivre en harmonie parmi eux alors qu’il sait que les musulmans sont convaincus qu’ils sont la meilleure oumma sur terre (donc supérieur à lui) et qu’ils doivent islamiser la planète entière de gré ou de force, à commencer donc par lui qui est juste à côté.

Il arbore fiérement son algérianité et te dira en haussant la voix qu’un million et demi de martyrs sont tombés pour cet emblème, cet hymne et ce pays (nonobstant le fait que ce chiffre est un vrai mensonge d’État). Tu as beau lui expliquer que ces martyrs sont morts pour la liberté, l’honneur et la dignité et non pour cet Algérie-là, ce sera peine perdue; il est déjà bourré de nationalisme déplacé.

Il aime brandir fièrement le drapeau algérien et feint d’ignorer que ce dernier nie son amazighité et sa kabylité.

Il te descendra en flammes, te traitera de tous les noms, voire te menacera, si tu critiques ce drapeau qu’il n’ignore pourtant pas être arabo-islamiste avec son croissant et le vert de religion unique mais il te dira rageusement, s’il voit en toi un désir de lui parler d’un autre emblème, que t’es pas nationaliste, voire que t’es traitre ou –car c’est actuel–, le pire, que t’as les idées séparatistes.
Va lui dire que Chikh Aḥeddad, Lmoqrani et Fadma Nsoumeur ont combattu la France sans connaître ce drapeau Messaliste !

Il chante à voix haute cet hymne national et ne se demandera jamais pourquoi il n’intègre pas une seule petite phrase dans sa langue maternelle, le kabyle; il accepte alors sans problème cette ostracisme qui dit pourtant clairement son nom et accepte sans rechigner sa soumission. Pour lui, ce n’est pas un problème du tout.

Il n’accepte pas qu’on dise du mal de l’Algérie mais il accepte qu’on insulte ses frères les Kabyles et spécialement ceux du MAK; il peut même l’insulter lui-même. Si tu lui dis « ‘je ne peux détester mon frère[1] », il te dira se laver les mains de son frère s’il est MAKiste. Et gare à toi si tu lui dis que t’es MAKiste, tu serais alors de ceux qui voudraient déchirer son beau pays l’Algérie

Il se dira démocrate mais ne tolérera pas que des Kabyles soient indépendantistes, ni même pas autonomistes.

Il ne fait pas la différence entre une JSK aux joueurs arabes et barbus de Hannachi et la JSK jumbo-jet symbole de la résistance kabyle et qui, en partie, a fait qu’il a survécu, lui, jusqu’à aujourd’hui; tu peux même le voir en train de la supporter en arabe.

Il te chante la diversité culturelle et identitaire, qu’il accepte donc celle des autres (celles des Arabes) alors qu’il sait que sa culture à lui, sa langue maternelle –son identité, en un mot– n’ont jamais été acceptées. Il se soumet alors sans l’ignorer complètement et compte sur une improbable compréhension de ceux qui veulent l’exterminer pour lui en rendre une bagatelle de temps à autre et le laisser vivre dans une voie de disparition lente.
S’il ne s’en fout pas, qui sait, il est alors fier d’avoir ”arraché” le statut fantoche de langue nationale et officielle, il se targue même que Yennayer fut reconnu journée nationale chômée et payée.

Il se dit fier de sa kabylité mais il ne veut pas la réclamer haut et fort, de peur de frustrer ceux qui l’ont toujours nié, insulté, ghettoïsé, martyrisé, paupérisé. Consciemment ou pas, il se soumet alors à leur diktat.

Il clamera que l’heure est à l’union nationale et te dira taqvaylit et tamazight, ce n’est pas le moment.

Il ne tient pas compte du fait que ce pays a tué ses héros, ses élites, Mammeri, Matoub, Djaout, Mekbel, Tigziri, Yefsaḥ … écarté, exilé, emprisonné, torturé et humilié d’autres.
T’as beau lui rappeler les faits historiques attestant que la vraie cause algérienne a été sacrifiée au nom de l’unité nationale –au détriment de l’identité ancestrale–. et que, pour cela, les Kabyles berbérisants ont été tués (Bennai Ouali et ses amis); que des Kabyles nationalistes (Abane, Krim …) comme lui, ont été assassinés par des Arabes (Boussouf, Boumedienne…) pour une Algérie arabiste aujourd’hui et à dessein islamiste demain. Qu’il faut donc arrêter de penser et d’agir de la sorte, idiotement altruiste; rajoute-lui, informe-le que même le grand Amirouche a été donné à la France, au risque de stopper la révolution, par ces Arabes de l’Algérie d’aujourd’hui; attire son attention et dis-lui que l’histoire se répète comme un calque; coléreux ou sarcastique mais indubitablement désapprobateur, il te dira « je sais tout ça mais » et te sortira ce « c’est pas le moment ».

Il sait très bien que la constitution algérienne ne le reconnait pas, ni dans sa langue maternelle, ni dans aucun de ses droits mais il espère toujours qu’elle le fera un jour.

Il prétend que ce pays finira par le reconnaitre –il te dira on va arracher nos droits– alors qu’il n’aura en fait que le droit de devenir Arabe. Il sait pourtant que ce pays ne l’a jamais accepté et a toujours œuvré pour sa disparition.

Il te dira, en se résignant, « qu’allons-nous manger si demain on séparait l’Algérie ? » Il ignore que c’est l’homme, avec son cœur et son esprit, qui fait le pays et non les richesses matérielles.

A suivre:
2. Le Kabyle amazighiste
3. Le Kabyle kabyliste

 Tarik Tinouche

[1] « ɣas ur ḥemmleɣ gma, ur ḥemmleɣ ara win ara t-iwten »

3 Comments on "Les Kabyles, Iqvayliyen"

  1. On appelle ceux là des serviles volontaires, des sans honneurs et pire que des esclaves!.. D’ailleurs, ils ne sont ni considérés ni respectés par leurs maitres, mais plutôt méprisés par ces derniers, car quand on se respecte pas, on est pas respecté par ailleurs, je les plains plutôt qu’autre chose!…

  2. **sont des islamistes donc fascistes par définition**
    vous dites n’importe quoi sur la religion qui est la religion de la majorité de vous frères et vous ne présenter aucun respect. en plus vous les traitez de personnes sans serveaux !? bravo la tolerence ! bravo la laïcité ! bravo l’esprit Voltairien. je vous recommande de reviser vous propos et séparer l’islam qui est une religion de tolerence et d’amour et de solidarité et les fanatiques qui l’interprète à leurs guise. je vous recommande aussi de respecter les kabyles qui crois à l’algerie plurielle et multidimensionnelle parce que vous porter atteinte à des maquis qui ont beaucoup donné à la Kabylie. les meme symboles que tu a cité ont crue à l’algerie, donc un peux de respet et arreter de vous approprier la gloire des autres, bater vous pour vos idee et ont se bate pour les notres avec respet et fraternité sinon c’est tous le monde qui est perdant.

  3. Dachiwen ar t nidisahan de l’angerie arabo islamique.

Comments are closed.