30 septembre 2020

Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie

KABYLIE (Kabyles.com) — Toutes les questions sont légitimes au sujet du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie, lorsque l’intention est de vouloir s’informer, savoir, connaître et apprendre. Pourquoi le MAK est passé de l’autonomie à l’autodétermination ? La différence entre une Kabylie autonome et une Kabylie indépendante ? Quels sont les principaux fondements de la future nation kabyle ? Quel est le sort du MAK-Anavad après l’indépendance de la Kabylie ? Monsieur Ferhat Mehenni, a-t-il le droit de parler au nom de tous les Kabyles ? Qui sont les véritables détracteurs du MAK-Anavad ?

Les événements tragiques de 2001 et 2002 ont interpellé définitivement l’élite kabyle. Cette dernière a compris que sans une organisation forte et structurée, les enfants de la Kabylie auront toujours le même sort que le régime a réservé à Mouloud Mammeri, à Tahar Djaout, à Smail Yefsah, à Matoub Lounes, aux manifestants pacifiques du Printemps noir…les enfant de la Kabylie vont être constamment des victimes de l’arbitraire du régime algérien, des exilés et des marginalisés. Sans une véritable détermination politique, le peuple kabyle va toujours vivre dans le déni et l’aliénation. Sa liberté, son identité et sa dignité seront qu’un mirage. Les Kabyles sont ostracisés par le pouvoir colonial algérien. Le MAK a vu le jour, suite aux atrocités que le régime algérien a fait subir au peuple Kabyle et à, tamurt leqvayel, la Kabylie.

Autonomie régionale de la Kabylie de 2001 à 2013

Le MAK est créé pour défendre les intérêts de la Kabylie. Ses fondateurs ont opté au début pour l’autonomie. Le régime colonial a fait la sourde oreille devant les revendications du mouvement pour l’autonomie de la Kabylie. Aucune réponse de sa part au courrier envoyé par les responsables du MAK au sujet du projet d’autonomie de la Kabylie.

Une autonomie, c’est une sorte décentralisation. Le pouvoir reste toujours entre les mains du pouvoir central à Alger. La Kabylie peut juste gérer le budget qu’Alger va lui octroyer et toutes les institutions importantes seront sous l’égide du pouvoir central à Alger (armée, monnaie, les affaires étrangères, l’immigration…). L’autonomie, c’est savoir le droit de gestion de quelques secteurs, mais à l’intérieur d’un État central. Une Kabylie autonome doit rester sous le contrôle de l’Algérie. L’autonomie est une affaire nationale. Aucun pays étranger ne peut s’immiscer lorsqu’il s’agit de l’autonomie d’une région dans un pays. L’autonomie est une affaire intérieure qui concerne la région et son pays respectif. Malgré cela, le pouvoir illégitime algérien a refusé de négocier pour l’autonomie de la Kabylie.

Autodétermination de la Kabylie à partir de 2013

Une dizaine d’années après sa création, le MAK a été obligé de passer à l’autodétermination qui est une question nationale et internationale à la fois.

L’autodétermination est un droit international, naturel et inaliénable. Du moment qu’il y a un peuple qui vit sur son territoire, qui se distingue par sa langue, son identité et son histoire, ce peuple a le droit de prendre son destin en main. En cas de conflit entre ce peuple et le régime qui le domine, on passe à l’organisation d’un référendum. Choisir de rester sous domination de ce pays ou choisir de devenir une nation à part entière, libre et indépendante.

Le MAK a compris que le projet de l’autonomie est défavorable pour la Kabylie, voire absurde dans une Algérie gouvernée par des voyous et des criminels. L’autodétermination est le seul moyen de protéger les enfants de la Kabylie de cette mafia sanguinaire qui n’a ni loi ni foi. La communauté internationale et les institutions qui veillent à garantir le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes en l’occurrence l’ONU peuvent obliger n’importe quel pays à respecter la volonté du peuple qui désire à fonder sa propre nation. L’autodétermination est plus accessible au peuple kabyle s’il désire avoir sa Kabylie comme pays libre et indépendant.

Le MAK-Anavad a réalisé en quelques années avec des moyens très limités des projets de grande envergure pour la future nation kabyle : l’hymne national kabyle, le drapeau kabyle, l’équipe nationale kabyle de football, Azarouge, un gouvernement provisoire kabyle et ses institutions, une télévision kabyle, l’Organisation Des Entrepreneurs kabyles (ODEK), l’Union des Étudiants Kabyles, le mémorandum sur l’indépendance de la Kabylie déposé à l’ONU et au niveau des différentes instances internationales … Beaucoup d’autres projets sont lancés et d’autres en cours de préparation:l ‘école kabyle et un programme scolaire kabyle, le Trésor kabyle, la monnaie kabyle, le Parlement kabyle, le passeport kabyle, la carte d’identité kabyle, le jour de la nation kabyle. Plusieurs œuvrent pour le développement de projets dans différents secteurs : économie, affaires étrangères, tourisme, culture, industrie, justice…

La Kabylie est gorgée de ressources principalement le potentiel humain qui demeure, pour le MAK, la plus importante richesse des pays développés. Des exemples dans le monde n’est pas ce qui manque, pour ne pas citer que le Japon, a Suisse on peut prendre comme référence le Singapour, la Norvège ou la Finlande qui disposent de systèmes éducatifs les plus performants au monde et un niveau de vie le plus élevé.

Les principaux fondements de la future nation kabyle ? 

La démocratie, la liberté, l’éducation, la laïcité, l’éducation, une justice indépendante et équitable, égalité hommes-femmes sont les principaux fondements de la future nation kabyle.

Monsieur Ferhat Mehenni, a-t-il le droit de parler au nom de tous les Kabyles ? 

Monsieur Ferhat Mehenni a la légitimité de parler au nom de tous les Kabyles du moment que le mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie s’inscrit dans le cadre du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Le MAK-Anavad est un mouvement et non pas un parti politique. Sa mission s’achèvera quelques mois après l’annonce officielle de l’indépendance de la Kabyle, en installant la commission de l’organisation des premières élections démocratique et transparentes. Grâce au MAK-Anavad, tout est mis en œuvre pour la future nation kabyle.

Durant la guerre d’Algérie contre la France, pour donner l’exemple le plus avoisinant, ce n’était pas le peuple qui a désigné le Front de libération nationale (FLN) pour le représenter. Ce n’était pas non plus le peuple qui a désigné ni mandaté le GPRA (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne) à poursuivre les négociations. Un référendum est tenu en métropole et en Algérie le 8 janvier 1961, le oui l’a emporté. L’Algérie est devenue un pays après 132 ans de colonisation. Le combat du MAK s’inscrit tout simplement dans la même démarche que celui de l’Algérie.

Dans les plus grandes démocraties ou le vote est un droit et le processus d’élection est respecté, les citoyens qui ne parviennent pas à élire leur candidat ne se dressent pas contre le président gagnant sous prétexte qu’ils n’ont pas voté pour lui. Ce dernier ne va pas non plus expulser ses détracteurs une fois qu’il est élu.

Monsieur Ferhat Mehenni en tant que président du mouvement pour l’indépendance de la Kabylie, soutenu par des milliers de Kabyles, de militants et de sympathisants, ne peut pas évoquer le peuple kabyle sans inclure les partisans de l’indépendance et les opposants, car le MAK est un mouvement comme tous les mouvements révolutionnaires à travers l’histoire de l’humanité. Les indépendantistes kabyles sont des citoyens à part entière. Ils sont des Kabyles avant tout.

Les détracteurs du MAK-Anavad

Les ennemis de la Kabylie sont les mêmes ennemis du MAK-Anavad. Ce dernier est perçu comme le plus grand danger qui menace le système en place et le véritable opposant du pouvoir et ses acolytes. Le plus grand détracteur du MAK-Anavad demeure le régime colonial algérien, malgré son agonie. Cette mafia qui s’est accaparée du pouvoir depuis 1962 et volé la liberté, chèrement acquise, aux peuples de l’Algérie pour dilapider ses richesses et voler ses biens trouve toujours un moyen pour se régénérer. Elle croit que le MAK va être son bouc émissaire, cette fois. Il y a eu plusieurs tentatives pour lui endosser sa gestion chaotique et sa politique déserteuse. Le projet zéro Kabyle est mis en marche à travers des arrestations massives, des appels au meurtre, sans oublier la politique de la terre brûlée établie en Kabylie.

Il y a aussi des mégères, des aliénés et des oiseux plus que la mouche du coche osant tantôt parler de culte de personnalité pour charrier les militants du MAK, tantôt traiter monsieur Ferhat Mehenni de dictateur ou de sioniste lorsqu’ils ne trouvent rien à lui reprocher ! Cependant, ils sont incapables de nous citer une seule personne qui peut rivaliser au niveau de l’intégrité, d’humilité, de clairvoyance ou d’intelligence avec le président du MAK-Anavad.

Monsieur Ferhat Mehenni n’a pas besoin d’avocats pour défendre son parcours et sa carrière de militant. C’est un homme qui a dédié et consacré sa vie à sa Kabylie sans rien attendre en retour si ce n’est la liberté de son peuple kabyle.

Le sort du MAK-Anavad après l’indépendance de la Kabylie

La mission du MAK-Anavad est de libérer la Kabylie de joug du colonialisme algérien. Le nouveau État kabyle sera le représentant de la nation kabyle. Cet État servira son peuple, en lui garantissant la sécurité, une vie digne et un avenir prospère. C’est le peuple kabyle qui choisira son nouveau gouvernement et ses nouveaux représentants.

Le peuple kabyle demeure le seul maître de son destin

Comme le peuple kabyle peut choisir de rejoindre le concert des grandes nations, il peut aussi choisir de rester esclave d’une Algérie qui ne cesse de tuer ses enfants depuis 1962. Mais est-ce vraiment difficile de choisir entre la liberté et l’asservissement ?
Est-ce véritablement compliquer d’opter pour une vie digne et sécuritaire sous un état kabyle souverain ? Quelle personne préférera vivre sous la tyrannie et l’humiliation perpétuelles du régime illégitime algérien ?

Un régime colonial algérien qui fait tout pour faire disparaître la Kabylie et son peuple ou la MAK-Anavad qui milite pour une véritable démocratie, une Kabylie libre et indépendante ?

Y a-t-il à balancer ?

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!