Parler dans le vide

Eh oui c’est ce que font les Kabyles en ce moment.

Il faut…, Je propose… On doit… J’appelle… Ce sont les débuts de tous les plaidoyers kabyles. Une fois la phrase terminée on attends la prochaine catastrophe pour refaire le même constat.

Je viens d’écouter le scenario de Bensedira à propos de la mort de Matoub. Ce monsieur a bien géré son buzz, en effet :
– Il l’annonce trois jours à l’avance, il donne ainsi le temps à tous les Kabyles d’attendre impatiemment les nouvelles révélations.
– Il relate le fil des événements à la manière d’un film policier en accrochant l’attention du web-spectateur !
– Le scenario est bien ficelé, car saupoudré d’événements réels que nous connaissons tous !
– Bensedira introduit un acteur anonyme pour donner plus de crédibilité à son récit !

La question n’est pas de savoir si Bensedira dit la vérité ou non ; mais de connaitre l’objectif de ces révélations.
En effet ce récit peut être vrai comme il peut être archi-faux ! Farhat est capable du meilleur et du pire ! Sa relation avec Matoub a toujours été tumultueuse, donc tout est possible ! Mais il n’existe pas de preuves irréfutables !

Mais, des preuves irréfutables qui n’existent pas peuvent être créées, inventées et montées de toutes pièces. Ces preuves seront le moyen simple et efficace pour demander à la France d’extrader Farhat pour actes criminels. Alors on oubliera l’autodétermination de la Kabylie, la force de contrainte, mais on parlera seulement des incendies, de l’assassinat de Djamal et bien entendu du kidnapping et de l’assassinat de Matoub. La France et la Justice française ne trouveront rien à redire ! Quant aux Makistes ils manifesteront quelques jours et quelques fois à Stalingrad, puis s’épuiseront et finiront par disparaitre !

Vous comprenez maintenant la différence entre avoir une stratégie et la mettre en œuvre, et attendre les bras croisés que le fruit tombe tout seul dans l’assiette !

Pourtant lorsque Bensedira a demandé de flamber les Makistes, tous les Kabyles du monde ont répondu : Il faut… déposer une plainte ! Encore ce satané IL FAUT…
Les plus studieux des Kabyles ont envoyé un courriel à Scotland Yard ! C’est Tout !

Pourtant pour déposer une plainte il suffit, et je vous donne la procédure :
1- Prendre attache avec un cabinet d’avocats spécialisés dans les affaires criminels.
2- Donner toutes les informations et soupeser les chances de gagner l’affaire.
3- Payer le cabinet avec des milliers de dollars. Eh oui ça coince à ce niveau !

La communauté kabyle n’a pas les moyens de payer des avocats baroudeurs qui assurent un suivi et des résultats, mais qui exigent aussi des milliers de dollars. Alors on fait semblant de déposer des plaintes !

Un autre exemple :
Farhat et le MAK ont publié les détails d’une plainte déposée au CPI. Mais la lettre est signée par un groupe obscur : GROUPE D’AVOCATS DE LA DIASPORA.
Donc soit ce groupe n’est pas composé d’avocats, ou bien ces avocats veulent garder l’anonymat ! Dans les deux cas cette opération dénote un manque de sérieux flagrant. La réalité est que le MAK n’a pas les moyens de se payer des avocats même s’il chaparde toutes les cagnottes organisées par l’AZA rouge. Pourtant lorsque Farhat est arrêté par la police on a très vite organisé une CP avec la présence de l’avocat qui a défendu Farhat !

En réalité, ni le Maroc, ni Israël n’inondent le MAK de dollars. Pourquoi le faire puisque le MAK joue le rôle qui lui est dévolu instinctivement et gratuitement.

Alger a toujours compris que les Kabyles en général et les Makistes en particulier sont une matière malléable à volonté. Certains diront que la Kabylie est une variable d’ajustement, moi je dirais que la Kabylie est une constante invariable !

Donc pour résumer : Le problème de la Kabylie n’est pas politique, d’ailleurs les Kabyles ne savent pas faire de la politique. Le problème de la Kabylie est économique et culturel. Les Kabyles sont pauvres ! qu’ils deviennent riches comme Crésus, puis ils pourront rêver !!

Mouh Ath Kaci

error: Content is protected !!