23 septembre 2020

Procès en diffamation Matoub-Mehenni

Le président du GPK vient de s’exprimer sur le procès qui a eu lieu à Tizi-Ouzou le 18 juillet 2011 sur l’assassinat de Matoub Lounès.
Il a sans doute des révélations importantes à faire puisque, du vivant de Lounès déjà, ses commentaires sur l’enlèvement de ce dernier lui avaient valu d’être condamné à deux reprises pour diffamation sur la personne de Lounès Matoub qui l’avait poursuivi devant la 17e chambre correctionnelle de Paris.

M. Mehenni, qui se répand en commentaires ne s’est jamais excusé, même après l’assassinat de Lounès, pour avoir diffamé l’icône du combat kabyle.

On ne peut pas prendre les politiques au sérieux tant qu’ils nous prendront pour des imbéciles.

Ci-dessous le jugement de la condamnation de Ferhat Mehenni pour avoir diffamé Lounès Matoub. M. Mehenni qui depuis s’est autoproclamé président de l’Anavad.


Jugement condamnant Ferhat Mehenni pour diffamation :

Il y a dix pages, les voici dans l’ordre :

Francis, Le demi-frère de Lounès est avocat, il  s’est occupé de le défendre dans le procès en diffamation l’opposant à Ferhat Mehenni. L’enlèvement de Lounès par le GIA est évoqué à partir de 1h15 de la vidéo.

________________________________

Il ne faut pas vous étonner que des militants sincères et honnêtes soient taxés d’être des agents du pouvoir algérien, membre du DRS ou que sais-je d’autre ? En ce qui concerne les femmes, il invente bien pire. Mais qu’attendre d’un individu qui a été formé et élevé dans une école du FLN ?

Diffamer, calomnier, médire et dénigrer, voilà à quoi sert ce mouvement qui n’a rien à envier aux pires moments vécus sous Boukherouba. Accuser de n’importe quoi pour discréditer les Kabyles libres et indépendants afin de faire taire toute voix qui oserait s’élever contre des déclarations qui vont à l’encontre de la cause kabyle.

On ne crée pas un mouvement pour reproduire les habitudes du parti unique. Le plus écœurant c’est le penchant de certains à rapporter des mensonges en affirmant qu’ils sont sûrs des saloperies qu’ils sont contents de répéter.

Je constate que ceux qui étaient promptes à répéter les saloperies inventées par leur gourou ont été à leur tour diffamés. Ils savent ainsi le calvaire qu’ils ont fait vivre à des personnes innocentes.

Je ne condamne jamais sans preuve.

 

 


Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :