Slimane Bouhafs serait livré aux autorités algériennes

On se demande pourquoi Slimane Bouhafs, qui ne cache pas sa foi chrétienne, est allé se réfugier en Tunisie, après tout ce que lui à fait subir le régime algérien

Alger envisagerait d’échanger le militant Slimane Bouhafs contre l’opposant politique Abil Karoui, ex-candidat à la présidentielle tunisienne de 2019, a été arrêté en Algérie. Il pourrait être expulsé vers la Tunisie par Alger, en échange de l’extradition du militant politique algérien Slimane Bouhafs, remis par Tunis aux autorités algériennes fin août 2021, accusent plusieurs ONG de défense des droits humains.

Plus de quarante organisations tunisiennes de défense des droits humains ont affirmé, lundi 30 août, que la Tunisie a livré Slimane Bouhafs, un « réfugié politique » algérien, aux autorités de son pays, accusant Tunis de « violer ses engagements internationaux ».

M. Bouhafs, 54 ans, est un militant politique algérien condamné en 2016 à cinq ans de prison dans son pays pour « insulte à l’islam ». Il militait sur sa page Facebook pour faire connaître le christianisme.

Dans un communiqué commun, plus de quarante ONG, dont la Ligue tunisienne des droits de l’homme, ont exprimé leur

« indignation devant le dangereux précédent créé par l’État tunisien en remettant un réfugié bénéficiant de la protection internationale aux autorités de son pays qui le poursuivent pour ses prises de position politiques ».

« Protection internationale »

D’après les organisations tunisiennes, Slimane Bouhafs a obtenu en septembre 2020 du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) le statut de réfugié.

« La protection internationale dont bénéficie Slimane Bouhafs exige que les autorités tunisiennes, signataires de la Convention de Genève de 1951 (…) contre la torture, ne doivent pas l’extrader », ajoute le communiqué.

Avec AFP

error: Content is protected !!
Quitter la version mobile