Uli et le bétail

Ad kunwi i d-Uli,

Je viens de lire sur le mur d’une amie que des Kabyles sont prêts à faire une cagnotte pour aider Uli Rhode à racheter la maison de ses parents. Quelle noble action ! Je vous tire chapeau ! Quel mouvement de solidarité ! Nous sommes tous fiers de vous ici …dans cette putain de Kabylie où nos enfants pourrissent en prison, où des mères et frères ont les yeux rougis par les larmes, où des innocents sont quotidiennement jetés en prison. Dites-nous ! Vous n’êtes pas sérieux avant de passer au peloton d’exécution ?

Nous avons besoin d’argent pour soutenir le collectif de braves avocats qui défendent nos enfants de tribunal en tribunal, de commissariat en commissariat à travers toute l’Algérie sous une chaleur insupportable et le manque de moyens financiers et de transport. Ils font cela de leurs propres poches. Réveillez-vous ! Où sont vos priorités ?

Sans manquer de respect à Uli Rhode – ironiquement ad kunwi i d-uli a dine rebbi – Elle est en train de promouvoir la chanson kabyle aux …Kabyles. C’est comme promouvoir chemma ag Ait Smail (planteurs de tabacs). Elle aime notre culture et elle est la bienvenue, cessons de nous agenouiller aux pieds du premier venu qui aime notre culture. C’est ce genre de comportement qui teinte cette fierté d’être Kabyle et Amazigh. Elle a chanté en kabyle jusqu’à devenir “fameuse”, maintenant qu’elle est “fameuse”, elle chante en bad anglais (Talking about a revolution) de l’incomparable Tracy Chapman. Arrêtez ! Ramassez votre morve et enlevez votre chique en soutien !

Relevez-vous ! Vous êtes un peuple digne et fier ! Comportez-vous en tant que tel. Aidez-nous à aider nos enfants et nos avocats ! Vous savez ce qu’il reste à faire, vous n’êtes pas des enfants.

Hmimi O’Vrahem

error: Content is protected !!