You speak kabyle ?

Un jour à Londres, un ami de notre association nous parla d’une dame irlandaise qui parlait parfaitement le kabyle et qui adorait notre culture. Alors, on décida de l’inviter à notre prochaine réunion et lui parler de notre travail et de notre culture. La réunion s’est déroulée en anglais comme d’habitude sauf pour les grossièretés qu’on disait toujours en kabyle par nostalgie et amour pour notre langue bien aimée. Ce jour-là, la restreinte fut au rendez-vous par la présence de la dame.

À la fin de la réunion, on lui demanda de nous parler de ce qu’elle connaissait en kabyle. Sans prendre d’élan et sans complexe, elle nous lâcha : « awid a qarqor ! » (donne les fesses !).

Excités et voulant savoir d’où cela vient, on insista pour ce plus. Nous fûmes largement récompensés par un cours de biologie en kabyle, bien que nous n’ayons jamais pu remonter des parties génitales.

À la fin de la réunion, tous les membres de l’association (tous des hommes, association kabyle oblige) ont failli se battre pour raccompagner la dame à la maison.

Hmimi O’Vrahem

error: Content is protected !!