Hussein dernier dey d’Alger

Une fois que les Turcs ont vendu Alger aux Français le dernier dey était placé sous la protection de l’armée française. Le dey Hussein rendait régulièrement visite à M. de Bourmont. Il lui donna de précieuses indications sur les hommes de la régence d’Alger. Voici quelques-uns de ses conseils.

« Débarrassez-vous, dit-il, –et le plus tôt possible,– des janissaires turcs; accoutumés à commander en maîtres, ils ne pourront jamais consentir à vivre dans l’ordre et la soumission. Les Maures sont timides, vous les gouvernerez sans peine ; mais n’accordez jamais une entière confiance à leurs discours. Quant aux Arabes nomades, ils ne sont pas à craindre ; les bons traitements les attachent et les, rendent dociles et dévoués ; des persécutions vous les feraient perdre promptement. Ils s’éloigneraient avec leurs troupeaux et porteraient leur industrie jusque dans les plus hautes montagnes ; ou bien ils passeraient dans les États de Tunis. — Les Kabyles n’ont jamais aimé les étrangers, ils se détestent entre eux : évitez une guerre générale contre cette population ; vous n’en tireriez aucun avantage. Mais adoptez à leur égard le plan constamment suivi par les Deys d’Alger, – c’est-à-dire divisez-les et profitez de leurs querelles. »

Histoire de la conquête et de la colonisation de l’Algérie (1830-1860), par Achille Fillias, 1860

Le maréchal de Bourmont fut ministre de la Guerre le 9 août 1829 dans le gouvernement POLIGNAC, il fit décider l’expédition d’Alger et en prit le commandement. Le 14 juin, l’armée aborda à Sidi-Ferruch, livra les 19 et 24 juin les deux batailles de Staouëli, et fit capituler Alger le 5 juillet.
Charles X envoya à Bourmont le bâton de maréchal de France.
Avant que l’avenir de la Régence ne soit fixé, BOURMONT va de l’avant, pousse jusqu’à Blida, fait occuper Bône et Oran dans la première quinzaine d’août. Le 11 août, le nouveau ministre de la Guerre, le général GÉRARD lui communique officiellement la nouvelle de la Révolution de juillet. Mais le maréchal, ayant refusé de prêter serment au nouveau roi Louis-Philippe, fut considéré comme démissionnaire et remplacé le 3 septembre par le général CLAUZEL.

 

Be the first to comment on "Hussein dernier dey d’Alger"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*