Je ne soutiens pas Karim Tabbou

Je ne comprends pas ceux qui prennent la défense d’un responsable politique dont les croyances, les agissements et les dires vont à l’encontre de ce qu’ils disent, veulent, désirent ou pensent.

Karim Tabbou a tout fait pour plaire au pouvoir algérien. Son séjour en prison lui remettra peut-être les idées à l’endroit. Karim Tabbou est un opportuniste, il bouffe à tous les râteliers. Ancien député, viré du FFS, il se retrouve à la tête d’un parti historique. Il a soutenu le 4e mandat de Bouteflika. Il a fait le zouave sur un cheval pour être le héros du Hirak. De plus arrêter une conférence pour faire ses ablutions en public ne présage rien de bon pour la liberté de pensée.

Je n’ai jamais été d’accord avec Tabbou et je me battrai jusqu’au bout pour ne pas le laisser dire et faire. Je pense l’inverse de la citation ci-dessous :

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » phrase attribuée faussement à Voltaire. Je vous défie de trouver cette phrase dans l’œuvre de Voltaire. Phrase utilisée par des personnes qui veulent nous montrer leur ouverture d’esprit au point de soutenir ceux qui, s’ils avaient un pouvoir quelconque, commenceraient par leur couper la langue, la tête ou les deux.

Cette citation est utilisée par les « démokhra » qui, hier encore, vouaient Karim Tabbou aux gémonies et qui maintenant s’attristent et s’indignent de son arrestation. Certains sont même prêts à prendre sa place en prison !

Si on met Tabbou dans le désordre on risque de se retrouver face à la folie furieuse de personnes qui pensent avoir la science infuse alors qu’elles ont le QI d’une mouche morte.

Du coup je remercie Ferhat Mehenni qui, pour le moment, est le seul à rester droit dans ses bottes.  Pour ceux qui s’étonneront de mon compliment à Ferhat, un petit rappel pour les nuls.

Je critique un homme public, ce qui est mon droit. Ferhat n’est pas mon ennemi.

Je critique les dirigeants lorsqu’ils disent ou font ce qui ne me convient pas. Mes articles sont en ligne puisque j’ai un petit média sans prétention, dont je m’occupe très peu il est vrai. Ferhat accepte la critique, ses ministres aussi. Nous avons des discussions parfois vives mais ils ne sont pas bornés et sont ouverts au débat. Nous avons des rapports cordiaux. Je n’ai aucun problème particulier avec Ferhat, ses ministres ou les militants qui me connaissent dans le réel. Pour une fois que je fais l’éloge de Ferhat au lieu de le critiquer, je vais me faire un peu plus d’ennemis.

Geneviève Harland

 

 

 

1 Comment on "Je ne soutiens pas Karim Tabbou"

  1. Nous ne faisons que des choix par défaut:
    -Tabbou n’est qu’une illusion de taulard comme Ben Bella pour reprendre la suite si la junte militaire met un genou à terre. Elle saurait le défaire comme Boumediene l’a fait. Le nom de Tabbou est facile à retenir pour la Caste Internationale, ça change de Gaid Salah, de Ben Salah …
    -Pour Notre Président provisoire, que je ne le côtoie pas, un taulard aussi ayant appartenu au système. Il a le droit de s’exprimer et moi de choisir, ce qui n’est pas le cas, il est président.
    -Vaste prison avec plein de postulants: des ministres et des économistes à gogo présidentiables.

    Petit média face à la planète médiatique, deux doigts ne suffisent pas. Les Kabyles, euh; rien.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*